Page:Montaiglon - Recueil général et complet des fabliaux des 13e et 14e siècles, tome I.djvu/131

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée

70 SIRE HAIN ET DAME ANIEUSE 103

Jà lor verra lor os debatre,
Sire Symons, qui le parc garde.
Ainz que Hains s’en fust donez garde
Le fîert Anieuse à plains braz :
« Vilains, dist-ele, je te haz ;
Or me garde ceste alemite.
— Ha ! dist Hains, très orde traïtre.
M’es-tu jà venue ferir ?
Je ne porroie plus souffrir,
Puisque tu m’as avant requis ;
Mès, si m’aït Sainz Esperis,
Je te ferai male nuit trère.
— Par bieu, je ne vous doute guère,
Fet cele, por vostre manace ;
Puisque nous somes en la place,
Face chascuns du pis qu’il puet. »
A cest mot sire Hains s’esmuet,
D’ire et de mautalent espris ;
La cors fu granz et li porpris,
Bien s’i pooit-l’en retorner.
Et, quant cele vit atorner
Son baron por li domagier,
Onques ne se vout esmaier,
Ainz li cort sus à plain eslais.
Huimès devendra li jeus lais,
Quar sire Hains sa fame ataint
Si grant cop que trestout li taint
Le cuir, sor le sorcil, en pers.
« Anieuse, dist-il, tu pers ;
Or t’ai ta colée rendue. »