Page:Montaiglon - Recueil général et complet des fabliaux des 13e et 14e siècles, tome I.djvu/132

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée

104 FABLIAU VI 200

Cele ne fu mie esperdue,
Ainz li cort sus isnelement ;
Se li done hastivement
.I. cop par deseur le sorcil
Qu’a poi que delèz .I. bercil
Ne l’abati trestout envers.
« Trop vous estiiez descouvers,
Fet Anieuse, ceste part ; »
Puis a esgardé d’autre part,
S’a véu les braies gésir ;
Hastivement les cort sesir,
Si les liève par le braioel.
Et li vilains par le tuiel
Les empoigne par moult grand ire :
Li uns sache, li autres tire ;
La toile desront et despièce ;
Par la cort en gist maint pièce ;
Par vive force jus les mètent,
A la meslée se remètent.
Hains fiert sa famé enmi les denz
Tel cop, que la bouche dedenz
Li a toute emplie de sanc ;
« Tien ore, dist sire Hains, anc !
Je cuit que je t’ai bien atainte ;
Or t’ai-je de deux colors tainte ;
J’aurai les braies toutes voies. »
Dist Anieuse : « Ainz que tu voies
Le jor de demain au matin,
Chanteras-tu d’autre Martin,
Que je ne te pris deux mellenz ;