Page:Montaiglon - Recueil général et complet des fabliaux des 13e et 14e siècles, tome I.djvu/133

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée

230 SIRE HAIN ET DAME ANIEUSE 105

Filz à putain, vilainz pullenz,
Me cuides-tu avoir sorprise ? »
A cest mot, de grant ire esprise,
Le fiert Anieuse esraument ;
Li cops vint par grant mautalent
Que dame Anieuse geta ;
Delèz l’oreille l’acosta,
Que toute sa force i emploie.
A sire Hains l’eschine ploie,
Quar del grant cop moult se detort :
« Vilains, dist-ele, tu as tort,
Qui ne me lais les braies prendre. »
Fet sire Hains : « Or puis aprendre
Que tu ne m’espargnes noient ;
Mès se par tens ne le te rent
Sire Hains, dont li faille Diex ;
Or croist à double tes granz diex,
Quar je te tuerai ancui. »
Anieuse respondi : « Qui
Tuerez vous, sire vilains ?
Se je vous puis tenir aus mains,
Je vous ferai en mon Dieu croire ;
Vous ne me verrez jà recroire,
Ainz morras ainçois que m’eschapes.
— Tien or ainçois ces .II. soupapes,
Fet sire Hains, ainz que je muire ;
Je le te metrai moult bien cuire,
Se j’en puis venir au desus. »
A cest mot se recorent sus.
Si s’entredonent moult granz caus.