Page:Montaiglon - Recueil général et complet des fabliaux des 13e et 14e siècles, tome I.djvu/134

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée

106 FABLIAU VI 260

Sire Hains fu hastis et chaus,
Qui del ferir moult se coitoit ;
N’en pot mès, quar moult le hastoit
Anieuse, qui pas nel doute ;
De deux poins si forment le boute
Que sire Hains va chancelant.
Que vous iroie-je contant ?
Tout furent sanglent lor drapel,
Quar maint cop et maint hatiplel
Se sont doné por grant aïr.
Anieuse le cort sesir,
Qui n’ert pas petite ne manche ;
Sire Hains au tor de la hanche
L’abat si durement sus coste,
Qu’à poi ne li brise une coste.
Cele chose forment li griève ;
Mès Anieuse se reliève,
.I. petit s’est arrière traite.
Aupais le voit, si se deshaite,
Qui le parc garde o son baron :
« Ha ! por Dieu, fet-elle, Symon,
[Quar] parlons ore de la pès. »
[Ce] dist Symon, « Lai-moi en pès,
…..tait or, S. Bertremiex
…..s’Anieuse en fust au miex,
Que tu m’en priaisses aussi ;
Non féisses, par saint Forsi,
Tu ne m’en priaisses à pièce ;
Or atent encore une pièce.
Tant que li uns le pis en ait,