Page:Montaiglon - Recueil général et complet des fabliaux des 13e et 14e siècles, tome I.djvu/155

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée

22 LE CUVIER 127

De Provins, où il ot afère ;
Si s’en entre dedenz sa cort,
Et la bajasse tost acort
A sa dame que li clers tient ;
De son seignor ne li sovient.
« Dame, dist-ele, or vous empire,
Quar véz ici, par Dieu, mon sire,
O lui .III. marchéanz ensamble : »
La dame l’ot, de paor tremble.
Ele et li clers, sanz atargier,
Sont andui sailli du cuvier.
Ele sailli hors toute nue ;
Au plus tost qu’el pot s’est vestue.
La dame, qui n’estoit pas fole,
L’éve jeté desouz la sole
De la chambre, si qu’el s’encort
Desouz la sole en mi la cort.
El n’ot le clerc où esloingnier,
Si le muça souz le cuvier.
Et li borgois descent à pié,
Dont ele n’ot pas son cuer lié
Qu’il est venuz à cele foiz.
« Sire, dist-ele, bien veignois
Et vous et vostre compaignie, »
Dist-ele ; mes ne vousist mie
Que il fust venuz à cele eure.
Cil, qui n’ot cure de demeure,
Ainz s’en veut r’aler en besoingne,
A sa main une nape enpoigne,
Qui à la perce estoit pendue,