Page:Montaiglon - Recueil général et complet des fabliaux des 13e et 14e siècles, tome I.djvu/156

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée

128 FABLIAU IX

Si l’a sor la cuve estendue ;
Les autres marchéans apele ;
A sa fame dist : « Ma suer bele,
Or, ça, fet-il, la soupe en vin,
Quar nous volons metre au chemin. »
Et, quant cele ot parler de l’erre,
Au plus tost qu’el pot le va querre
Quanques il veut delivrement ;
Moult haoit le demorement.
Mès il ne tenoit de mengier
Au clerc qui ert souz le cuvier,
Qui ne menoit pas trop grant feste
Qu’il li menjuent sus la teste.
Et li borgois éust corouz,
Se il séust le clerc desouz ;
Et ele estoit mal assenée
Qu’elle avoit la cuve empruntée
Le jor devant à sa voisine.
Cele a apelé sa meschine,
Et li comande que grant erre
Alast léenz sa cuve querre ;
Fère l’en estuet sa besoingne.
Mais ele ne sot pas l’essoingne,
Ne le clers qui desouz sejorne.
Et la chamberière s’en torne,
Au miex que pot fist son message.
« Vostre dame n’est mie sage, »
Fait cele, qui li dist briefment :
« R’alez li dire vistement
Que, par mon chief, trop se meffet ;