Page:Montesquieu - Lettres persanes II, 1873.djvu/169

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Dix Arrêts du Conseil concernant la Bulle et la Constitution des Jésuites. (Selon d’autres : concernant la Banque, ou la Bourse, et la Compagnie des Indes.)
« M. de N. » Fléchier évêque de Nîmes. Montesquieu est ici bien aimable d’excepter les Oraisons funèbres de Fléchier.
« Teigne » 1721 : tigne.
« Miraculum chymicumn, de violenta, etc… »
Miracle chimique, par violente fermentation, avec fumée, feu et flamme.
Mélangez une infusion de Quesnel avec une infusion de Lallemand ; que la fermentation ait lieu, avec grande violence, bouillonnement et tonnerre, es acides se combattant, et pénétrant à l’envi les sels alcalins : il se fera une vaporation d’esprits brûlants. Mettez la liqueur fermentée dans l’alambic ; vous n’en tirerez rien, et n’y trouverez rien sinon un caput mortuum (une drogue inutile et impuissante.)
« Lenitivum. »
Prenez deux feuillets de l’anodin Molina ; six pages du laxatif Escobar ; une feuille de l’émollient Vasquez : faites infuser dans quatre livres d’eau ordinaire, faites réduire par la cuisson, à moitié ; pressez ; et dans l’extrait faites dissoudre trois feuilles du détersif Bauni et du diluant Tamburini.
Faites du tout un lavement.
« Clyster. » 1721-1754 : clister.
« In chlorosim, etc… »
Contre la chlorose, que le vulgaire appelle pâles-couleurs ou fièvre-amoureuse.
Prenez quatre figures de l’Arétin ; deux feuilles du révérend Thomas Sanchez De matrimonio (Du mariage). Faites infuser dans cinq livres d’eau ordinaire.
Faites du tout une tisane apéritive.