Page:Montesquieu - Lettres persanes II, 1873.djvu/83

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LETTRE CXXVII.

RICA À USBEK.
À ***.


Je t’attends ici demain : cependant je t’envoie tes lettres d’Ispahan. Les miennes portent que l’ambassadeur du Grand Mogol a reçu ordre de sortir du royaume. On ajoute qu’on a fait arrêter le prince, oncle du roi, qui est chargé de son éducation ; qu’on l’a fait conduire dans un château, où il est très-étroitement gardé, et qu’on l’a privé de tous ses honneurs. Je suis touché du sort de ce prince, et je le plains.

Je te l’avoue, Usbek, je n’ai jamais vu couler les larmes de personne sans en être attendri : je sens de l’humanité pour les malheureux, comme s’il n’y avoit qu’eux qui fussent hommes ; et les grands mêmes, pour lesquels je trouve dans mon cœur de la dureté quand ils sont élevés, je les aime sitôt qu’ils tombent.

En effet, qu’ont-ils à faire, dans la prospérité, d’une inutile tendresse ? Elle approche trop de l’égalité : ils aiment bien mieux du respect, qui ne demande point de retour. Mais sitôt qu’ils sont déchus de leur grandeur, il n’y a que nos plaintes qui puissent leur en rappeler l’idée.

Je trouve quelque chose de bien naïf et même de bien grand dans les paroles d’un prince qui, près de tomber entre les mains de ses ennemis, voyant ses courtisans autour de lui qui