Page:Montfort - Un cœur vierge.djvu/19

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— « On vire de bord… »

Alors le garçon qui était couché sur le pont, qui dormait, se leva, réveillé aussitôt comme par enchantement, et il se mit à exécuter la manœuvre. Il ne dormait que sur une oreille. Nous cherchâmes le vent quelque temps. Rien à faire, on était en plein calme. Quand arriverions-nous ? On peut rien dire… Il avait bien raison, Toussaint Leblanc !…

Je patientais, en regardant autour de moi. Le soleil avait disparu. Si de la lumière, du rouge et de l’or, quelques flammèches restaient encore accrochées au ciel du couchant, en tournant la tête, on s’offrait à la nuit naissante, à la lune, pâle, s’élevant au-dessus du flot paisible. Toussaint Leblanc sentait-il ce moment ? Il avait craché sa chique dans son béret et, assis à son banc, les pieds nus, immobile, il regardait par-dessus bord silencieusement, tandis que le matelot s’était allongé de nouveau par terre et rendormi.