Page:Montfort - Un cœur vierge.djvu/79

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



VII


C’est arrangé. J’ai la permission. L’affaire s’est conclue à la cantine. Toussaint Leblanc était là, car il est adjoint, — ce que j’ignorais, — avec le maire, un pêcheur sérieux et qui porte la barbe : le seul d’ici, je crois, car ils sont tous rasés. On a bu une chopine — ils ne sont vraiment pas buveurs — et on a topé là. Ils n’ont même pas voulu entendre parler d’un loyer. C’est tout simple : le maître d’école est au Continent, il rentrera seulement le 15 octobre. Je n’ai qu’à m’installer à sa place dans le fort, cela ne dérange personne… En sortant de la cantine, je suis passé à la boutique de la bonne sœur, et j’ai de-