Page:Montpetit - Souvenirs tome II, 1949.djvu/105

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


groupes ou, si l’on veut, deux classes : les grands et les pupilles. Parmi ceux-ci, qui étaient de gentils enfants, apparut, un soir, une fillette plus forte d’apparence, épanouie déjà. L’un d’entre nous. — était-ce Gonzalve Desaulniers ou Léon Lorrain ? — murmura : « C’est une pupille dilatée ».

On imposait aux plus jeunes un morceau de concours. Un jour, ce fut une pièce de Ratisbonne, si je ne me trompe :

Mon père avait sa chambre à côté de la mienne…

Cela marchait depuis au moins une demi-heure, sinon plus. Nous étions légèrement assoupis ou bercés quand un membre du jury fit circuler le quatrain que voici :

Mon père avait sa chambre à côté de la mienne.
Ma mère avait la sienne à côté de la nôtre.
Et lorsque, par hasard, on ouvrait la persienne.
En regardant dans l’une, on pouvait voir dans l’autre.

Les examens terminés, la soirée se prolongeait. Nous causions, nous blaguions aussi. Eugène Lassalle nous accueillait largement ; Madame Lassalle était le charme même. Parfois Georges Landreau se joignait à nous.