Page:Moréri - Grand dictionnaire historique - 1759 - vol. 1.djvu/40

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


mieres démarches ne furent pas heureuses. Cet Ibrahim fut fait prisonnier par les troupes de Mervan, qui le fit mourir. Son frere Aboul-Abbas lui succéda, & fut unanimement reconnu calife par les Abbassides, & leurs partisans. Il ne jouit pas d’abord de beaucoup d’autorité ; mais enfin ses troupes ayant défait l’armée de Mervan, & celui-ci ayant péri dans l’action, avec ceux qui lui étoient le plus attachés, l’an de l’hégire 134, de J.C. 762. Aboul-Abbas fut reconnu calife dans tout l’empire des Arabes, & c’est lui qu’on compte pour le premier de la dynastie des Abbassides. Il y a eu trente-sept califes de cette maison, dont la domination a duré 524 ans arabiques ou lunaires, deux mois & vingt-trois jours, depuis l’an de l’hégire 132 jusqu’en 656. Voici la suite de ces califes :

I. Aboul-Abbas-Saffah, fut reconnu calife l’an de l’hégire 132, de J.C. 749. Il mourut l’an 136 – 754.

II. Abou-Giaffar-Almanzor, son frere, monta sur le trône l’an 136 – 754, & mourut l’an 158 – 775.

III. Mahadi, son fils, régna jusqu’à l’an 169 – 785.

IV. Hadi, son fils, jusqu’à l’an 170 – 786.

V. Aaron, ou Haroun-al-Raschid, son frere, jusqu’en 193 – 809.

VI. Amin, son fils, jusqu’en 198 – 813.

VII. Mamon, son frere, jusqu’en 218 – 833.

VIII. Motassem, son frere, jusqu’en 227 – 842.

IX. Vathek, fils du précédent, jusqu’en 232 – 846.

X. Motavakel, autre fils de Motassem, jusqu’en 247 – 861.

XI. Montasser, fils de Motavakel, jusqu’en 248 – 862.

XII. Mostain, petit-fils de Motassem, jusqu’en 252 – 866.

XIII. Motaz, frere de Montasser, jusqu’en 255 – 869.

XIV. Mothadi, fils de Vathek, jusqu’en 256 – 870.

XV. Motamed, autre frere de Montasser, jusqu’en 279 – 892.

XVI. Mothaded, neveu du précédent, jusqu’en 289 – 902.

XVII. Moktaphi, fils du précédent, jusqu’en 295 – 908.

XVIII. Moctader, autre fils de Mothaded, jusqu’en 319 – 931.

XIX. Caher, troifiéme fils de Mothaded, jusqu’en 322 – 934.

XX. Rhadi, fils de Moctader, jusqu’en 329 – 941.

XXI. Motaki, autre fils de Moctader, jusqu’en 333 – 944

XXII. Mostakfi, fils de Mokaphi, ne régna qu’un an & quatre mois.

XXIII. Mothi, autre fils de Moctader, depuis 334-945. jusqu’en 363 – 973.

XXIV. Thaï, son fils, jusqu’en 381 – 991.

XXV. Cader, petit-fils de Moctader, jusqu’en 403 –1013

XXVI. Caïem, son fils, jusqu’en 422 – 1031.

XXVII. Mostadi, petit-fils du précédent, jusqu’en 487 – 1094.

XXVIII. Mostader, son fils, jusqu’en 512 – 1118.

XXIX. Mostarched, son fils, jusqu’en 529 – 1134.

XXX. Rasched, son fils, jusqu’en 530 – 1135.

XXXI. Moktaphi II, fils de Mostader, jusqu’en 555 – 1160.

XXXII. Mostanged, son fils, jusqu’en 566 – 1170.

XXXIII. Moktadi, son fils, jusqu’en 575 – 1179.

XXXIV. Nasser, son fils, jusqu’en 622 – 1225.

XXXV. Dhaher, son fils, ne régna qu’environ neuf mois.

XXXVI. Mostanser, son fils, jusqu’en 640 – 1242.

XXXVII. Mostazem son fils, dernier calife, fut détrôné par les Tartares, l’an de l’hégire 656, ’ de Jesus-Christ 1258.

Environ trois ans après, l’an de l’hégire 659, Ahmed, fils de Dhaher, fut reconnu pour calife en Egypte par les Mammeluks, prit le surnom de Mostanser, & fonda une seconde dynastie des Abbassides. Mais ceux-ci ne furent proprement que les souverains pontifes des Musulmans, & n’eurent aucune autorité temporelle sur les états des Mammeluks qui les créoient & les déposoient à leur gré. Le dernier de tous fut Motavakel, que Selim I, sultan des Turcs, emmena avec lui à Constantinople vers l’an de l’hégire 923, de J.C. 1517, lorsqu’il eut conquis l’Egypte.

L’histoire de ces derniers califes Abbassides d’Egypte a été écrite par Diarbecri, & insérée dans sa chronique. Mais pour l’histoire des premiers, elle a été écrite par plusieurs auteurs dont le principal est Mossouli, qui est comme le fondement sur lequel tous les autres ont bâti. Mag’d-Eddin-ben-Saleh l’a suivi. * D’Herbelot, bibl. orient, art. Tarik-al-Abbas. Dans celui d’Akhbar-Beni-al-Abbas, il dit qu’Ahmed-ben-Josef Mesri, & Abdallah-ben-Houssain Beor-al-Karob ont aussi écrit l’histoire des Abbassides. Article Soïouthi, il indique un livre particulier de Soïouthi sur l’excellence de cette famille. Abou-al-Azher, qui a travaillé sur cette histoire, est regardé comme peu véridique. Voyez encore sur les Abbassides les tomes III & IV de l’Histoire des Arabes sous le gouvernement des califes, imprimée en 1750 chez Herissant rue S. Jacques, &c. Cette histoire, en quatre volumes in-12, a été composée sur la Bibliothéque orientale de d’Herbelot, & l’Histoire d’El-Macin, rectifiés par l’histoire des patriarches d’Alexandrie de M. l’abbé Renaudot.

ABBATIA (Bernard) de Toulouse, médecin, jurisconsulte & mathématicien, florissoit sur la fin du XVI siécle, eu 1583 . Il étoit habile dans les langues. Il enseigna le droit, les mathématiques & autres sciences à Paris & ailleurs. Bernard Abbatia a composé divers traités dont les auteurs parlent avec éloge, entr’autres la Croix du Maine, biblioth. franc.

ABBATIUS ou ABBOT, (Baldus) Anglois, publia un traité sous ce titre, Discussarum concertationum opus, qui fut imprimé à Pise en 1594. Il a aussi écrit un livre de la nature admirable de la vipere, & de ses propriétés merveilleuses, qui fut imprimé à Urbin en 1591. * G. Matth. Konig, biblioth. vet. & nov.

ABBAYE, nom qui fut donné aux monasteres d’hommes & de femmes, lorsque leurs supérieurs prirent le titre d’abbés ou d’abbesses. Dans l’empire d’Allemagne on distingue les abbayes en singulieres & collégiales. Les Allemands nomment les premieres Gefurslete & Abteyen, parceque l’abbé de chacune de ces abbayes est prince de l’empire, & a sa voix dans le collége des princes. L’abbé de Fulde, qui est aussi chancelier de l’impératrice, est le plus considérable, & comme le primat de tous les abbés d’Allemagne : ensorte que dans les diètes de l’empire, il a plusieurs fois disputé le rang à l’évêque d’Hildesheim, & même à l’archevêque de Cologne.

abbayes singulieres d’allemagne.
fulde.
Kempten. Pruym.
Saint Gall. Stavelo.
Elwangen. Weissembourg.
Bergtesgaden. Luterbourg.
Corvey. Morbach.
abbayes collegiales.
Weingarden.
Salamonsweyer. Saint Heimeran.
Schussenriedt. Ursperg.
Peterhausen. Quedelimbourg.
Zwyfalten. Essen.
Marchtal. Hervorden.
Saint Peter. Andelaw.

Outre ces abbayes il y en a d’autres qui ont été sécularisés & ajoutées aux états de quelques princes ; comme