Page:Mourguet - Théatre lyonnais de Guignol, tome 1.djvu/241

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
216
Un dentiste

GUIGNOL.

Oui, mais avec tous tes états… aujourd’hui, nous avons pas encore déjeuné… & v’là l’heure du dîner que s’avance.


GNAFRON.

Tiens ! (Il réfléchit.) Nous dînons !… Fais-toi dentiste.


GUIGNOL.

Est-ce que je connais la dentisterie ? te me prends pour une mâchoire.


GNAFRON.

T’as tout ce qu’il faut pour être dentiste… Faut un toupet d’aplomb, & être un bon menteur.


GUIGNOL.

Oh ! alors, ça te convient : t’as une dose de menterie que se porte bien.


GNAFRON.

Par exemple ! est-ce que je t’ai jamais dit un mensonge ?


GUIGNOL.

Allons ! pourquoi donc que te m’as dit l’autre jour que t’avais été au bois de Roche-Cardon chercher des nids, & que t’avais trouvé dans un nid dix œufs de lapin ? Est-ce que les lapins font des œufs ?