Page:Mourguet - Théatre lyonnais de Guignol, tome 1.djvu/242

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
217
Un dentiste

GNAFRON.

Pourquoi pas ? les poules en font ben !… Et puis à présent on fait tant de progrès ! On voit bien que te ne lis pas le Siècle.


GUIGNOL.

Je pense bien ; je suis pas fort sur la lecture.


GNAFRON.

Mais toi, je te conseille de te plaindre. T’en dis pas des craques ! & ta pêche de Montmerle !… c’est vrai p’t-être ?


GUIGNOL.

Quelle pêche ?


GNAFRON.

M’as-tu pas, dit qu’y avait un homme qui péchait aux alentours de Montmerle avec des boyaux de poulets en guise d’asticots ? Il voit que le bouchon tire, il tire aussi ; il donne un coups sec, & il amène un marteau de maréchal… Mais v’là le plus beau. Le marteau tombe dans un buisson ou il y avait un lièvre dedans, & il tue le lièvre.


GUIGNOL.

Mais c’est ben arrivé, puisque nous avons mangé le lièvre.