Page:Mousseau - L'envers du journalisme, 1912.djvu/113

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
144
L’ENVERS DU JOURNALISME

ami lui avait donné, ils se mirent à causer. — Le cognac et les cigarettes sont un stimulant précieux pour la conversation.

« Que fais-tu, ce soir, » demanda Delisle à Martin ?

— Je vais à une assemblée de la ligne des citoyens.

— Moi aussi.

Il se tenait plusieurs assemblées par soir. Chacun des deux reporters nomma celle à laquelle il devait assister. C’était la même.

« J’ai une idée », dit Delisle.

— Qu’est-ce que c’est ?

— Si nous téléphonions à Crevier. Il doit être à l’assemblée ; peut-être y aura-t-il moyen de s’arranger pour être « bien traités. »

Martin ne demandait pas mieux que d’être « bien traité ». Ils descendirent donc au rez-de-chaussée, où se trouvait le téléphone, pour parler à Crevier, qui était à la fois un des orateurs de la ligue et un des dispensateurs de ses fonds électoraux. Cette dernière qualité le faisait particulièrement rechercher par les reporters.

Il était à son domicile et Delisle put entrer immédiatement en communication avec lui.

Sa conversation avec le reporter fut courte et encourageante. Delisle, tout rayonnant, dit à Martin : « il sera là ; je crois qu’il fera quelque chose pour nous ! »

Le soir, les deux copains arrivèrent de bonne heure au lieu ou devait se tenir l’assemblée, pleins