Page:Mousseau - L'envers du journalisme, 1912.djvu/78

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


CHAPITRE XII


Aux sources



Bonjour, Leblanc. » « Bonjour, Martin ». C’est à la porte du journal que Leblanc et Martin échangeaient ces salutations, un beau matin. Leblanc fumait et il offrit une cigarette à Martin, qui l’alluma et remercia. « Tu sais Dupin, » dit Leblanc…

— Oui.

— Eh ! bien, il est disparu, paraît-il.

— Vrai !

— On l’a cherché partout et on ne peut le trouver. On craint qu’un malheur ne lui soit arrivé.

— Ça m’étonnerait : il avait coutume de pas mal se tirer d’affaire.

Ils entrèrent, en causant ainsi.

Celui dont ils parlaient était un Français arrivé de Paris depuis peu. Il était commis, là-bas. Il avait obtenu, ici, une position de reporter, remplaçant un