Page:Myrand - Noëls anciens de la Nouvelle-France, 1899.djvu/32

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
33
NOËLS ANCIENS


JÉSUS EST NÉ


Hommes, prenez courage, Jésus est né !
Maintenant que le règne du diable est détruit
N’écoutez plus ce qu’il dit à vos esprits.
Jésus est né !

Écoutez les anges du ciel.
Ne rejetez pas maintenant ce qu’ils vous ont dit.
Marie a enfanté le Grand Esprit, comme ils vous l’ont dit.
Jésus est né !

Trois chefs se donnèrent parole
En voyant l’étoile au firmament ;
Et ils convinrent de suivre l’étoile.
Jésus est né !

Alors Jésus leur suggéra l’idée de venir Le voir
Et la pensée que l’étoile les conduirait vers Lui ;
Et ils se dirent donc qu’ils iraient vers l’étoile.
Jésus est né !

Ces chefs firent des offrandes ; en voyant Jésus
Ils furent heureux, et lui racontèrent de grandes choses ;
Ils Le saluèrent et lui parlèrent sincèrement.
Jésus est né !

A présent venez tous Le prier,
Adorez-Le. Il a exaucé nos vœux,
Écoutez-Le. Il veut que vous soyez saints.
Jésus est né !


L’honneur et le mérite de cette traduction en reviennent à “ mon frère ” Paul Tsa8enhohi, de la tribu des Hurons de Lorette. Monsieur Paul Tsa8enhohi — (l’homme qui voit clair, littéralement : l’œil de vautour, à cause de son regard très vif et très perçant) — répond, en français, au nom de Paul Picard. Il est notaire, et professe comme tel dans son village natal qui se trouve être, par comble de bonne fortune, la capitale de son pays. Il est le fils du célèbre chef huron, Paul Picard Tahourhenché, (le point du jour), surnom bien caractéristique, fine et gracieuse allusion aux habitudes matinales du sagamo