Page:Myrand - Noëls anciens de la Nouvelle-France, 1899.djvu/84

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
85
NOËLS ANCIENS


NOËL D’ARPAJON


Tous les bourgeois de Châtres
Et ceux de Monthléry
Menèrent grande joie
Cette journée ici.
Que naquit Jésus Christ
De la Vierge Marie,
Près le bœuf et l’ânon, don, don.
Entre lesquels coucha, la, la.
En une bergerie.


Les anges ont chanté
Une belle chanson
Aux pasteurs et bergers
De cette région,
Qui gardaient leurs moutons
Paissant sur la prairie,
Disaient que le Mignon, don, don,
Était né près de là, la, la,
Jésus, le fruit de Vie.


Laissèrent leurs troupeaux
paissant parmi les champs,
Prirent leurs chalumeaux.
Et droit à Saint-Clément
Vinrent dansant, chantant,
Menant joyeuse vie,
Pour visiter l’Enfant si gent,
Lui donner des joyaux si beaux.
Jésus les remercie.


Puis ceux de Saint-Germain,
Tous en procession,
Partirent bien matin
Pour trouver l’Enfançon ;
Et ouïrent le son,
Puis la douce harmonie
Que faisaient les pasteurs joyeux,
Lesquels n’étaient pas las, la la,
De mener bonne vie.


Les pasteurs des bruyères
N’étaient pas endormis,
Sortirent des lanières
Quasi tout étourdis ;
Les rêveurs de Boissy
Passèrent la chaussée
Croyant avoir ouï le bruit
Et aussi les débats, la, la,
D’une très grosse armée.

CANTIQUE DE PELLEGRIN


Allons tous à la crèche
Entendre un beau sermon.
C’est le Sauveur qui prêche
Pour notre guérison.
Nous avons tous besoin
D’un médecin si sage ;
Mais le remède n’est pas loin,
Pourvu que nous prenions le soin
D’en faire bon usage.

AUX ROIS

Puissances de la terre.
Tombez à ses genoux ;
Il lance le tonnerre,
Il peut vous perdre tous.
De votre autorité
L’éclat va disparaître,
Vous apprendrez l’humilité,
Vous laisserez votre fierté
Aux pieds de votre Maître.

AUX PRÉLATS

Puissances de l’Église,
Venez, à votre tour,
D’une âme plus soumise
Faites-lui votre cour.
Auprès de son berceau
Vous devez vous instruire.
Pour bien veiller sur un troupeau,
Il faut, de ce Pasteur nouveau,
Apprendre à le conduire.

AUX GENS DE QUALITÉ

Vous de qui la naissance
Fait le mérite entier,
Voyant son indigence,
N’ayez pas l’air si fier ;
Cherchez en ce recoin
Vu Dieu dans la bassesse ;
Quoique le ciel en soit témoin,
Il cache sous un peu de foin
Son titre de noblesse.

AUX GENS DE JUSTICE

Pour vous, gens de justice.
Apprenez, par sa voix
Qu’il faut que tout fléchisse
Sous ses suprêmes lois.
Ne soyez pas si vains ;
C’est le dernier refuge.
Le sort du monde est dans ses mains ;
Si vous jugez tous les humains,
Il sera votre juge.