Page:NRF 1909 12.djvu/126

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


548 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

que l'homme importait moins ici que le maître formé par l'esprit et les programmes actuels. Si j'étais sûr qu'il n'y eût qu'un Thierry — ou que chacun sût conclure ainsi que lui : "Pardonnez-moi... Allez: vous êtes libres... soyez ingrats pour mieux ni aimer. Oubliez-moi"... On songe à l'admirable parole : " C'est quand vous m'aurez tous renié que je serai véritable- ment parmi vous. "

Mais cette curiosité émue qu'il témoigne nous rassure du moins pour lui-même. Ce qu'il n'a su faire encore, peu à peu il l'obtiendra, à force de patience inquiète, à force d'amour. La dernière page de son livre nous le fait pressentir. Ces enfants, il les interroge trop passionnément pour qu'ils ne lui répondent pas un jour. Il traverse un purgatoire désolant qui le conduira, on veut croire, à de radieuses surprises lorsqu' en- fin il apprendra à découvrir ces âmes restées pour lui jusqu'ici hermétiques. Et quel beau livre ne nous donnera-t-il pas alors, aussi illuminé de joie — joie du devoir accompli, plutôt encore joie de l'énigme déchiffrée — aussi clair que celui-ci était, par les pleurs, obscurci et troublé.

Pierre de Lanux.

��#

  1. #

��L'ART ET LE GESTE, par Jean d'Udine (Alcan).

Dans cette grave bibliothèque de philosophie contemporaine, voici le livre d'un enfant terrible. Jean d'Udine fut musicien, dessinateur, critique ; il vient de s'écrier : Et moi aussi je suis philosophe ! et il écrit l'Art et le Geste ; est-ce un livre ? ou plutôt une longue conférence, une conversation qui frôle cent sujets, et en traite quelques-uns de façon magistrale. La verve de l'auteur lui assure d'emblée une sympathie qui se confirme après la critique la plus attentive. Parfois, dans sa hâte juvénile de conclure, il abuse de cette éloquence pour franchir cavalièrement certains obstacles. Il n'a jamais regardé en arrière : ce qui lui importe, c'est l'opposition pour la briser, le problème pour le résoudre, ou du moins en tirer pour sa cause

�� �