Page:NRF 1909 2.djvu/43

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


LA PORTE ETROITE I49

est-il permis de se gâter ainsi la vie ! Il n'y a pas un mot de raisonnable dans tout ce que tu m'as conté ce matin... Oh ! je n'y ai pas été par quatre chemins : j'ai envoyé promener Miss Ashburton qui se fatiguait à nous aider, et, dès que je me suis trouvée seule avec Alissa, je lui ai demandé tout simplement pourquoi elle ne s'était pas fiancée cet été. Tu crois peut-être qu'elle a été embar- rassée ? — Elle ne s'est pas troublée un instant, et, tout tranquillement, m'a répondu qu'elle ne voulait pas se marier avant sa sœur. Si tu le lui avais demandé franche- ment, elle t'aurait répondu comme à moi. Il y a bien là de quoi se tourmenter, n'est-ce pas ? Vois-tu, mon enfant, il n'y a rien de tel que la franchise... Pauvre Alissa, elle m'a parlé aussi de son père qu'elle ne pouvait quitter... Oh ! nous avons beaucoup causé. Elle est très raison- nable cette petite ; elle m'a dit aussi qu'elle n'était pas encore bien convaincue d'être celle qui te convenait ; qu'elle craignait d'être trop âgée pour toi et te souhaiterait plutôt quelqu'un de l'âge de Juliette...

Ma tante continuait ; mais de tout le reste je faisais bon compte ; une seule chose m'importait: Alissa refusait de se marier avant sa sœur. — Mais Abel n'était-il pas là ! Il avait donc raison, ce grand fat : du même coup, comme il disait, il allait décrocher nos deux mariages...

Je cachai de mon mieux à ma tante l'agitation dans laquelle cette révélation pourtant si simple me plongeait, ne laissant paraître qu'une joie qui lui parut très naturelle et qui lui plaisait d'autant plus qu'il semblait qu'elle me l'eût donnée ; mais sitôt après déjeûner je la quittai sous je ne sais quel prétexte et courus retrouver Abel.

— Hein ? qu'est-ce que je te disais ! s'écria-t-il en

�� �