Page:NRF 1909 2.djvu/67

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


LA PORTE ETROITE 1 73

là-dessus hardiment comme des musulmans qui vont au paradis tout droit ; pour moi le vertige me prenait aux premiers pas, et tu me criais, d'en bas : "Ne regarde donc pas à tes pieds ! devant toi ! avance toujours ! fixe le but ! " Puis enfin — et cela valait mieux que tes paroles — tu grimpais à V extrémité du mur et m'attendais. Alors je ne tremblais plus, je ne sentais plus le vertige ; je ne regardais plus que toi ; je courais jusque dans tes bras ouverts...

Sans confiance en toi, Jérôme, que deviendrais- je ? J'ai besoin de te sentir fort, besoin de m' appuyer sur toi. Ne faiblis pas.

Par une sorte de défi, prolongeant comme à plaisir notre attente, par crainte aussi d'un imparfait revoir, nous convînmes que je passerais à Paris, près de Miss Ashburton, mes quelques jours de permission aux approches du nouvel an.

Je vous l'ai dit : je ne transcris point toutes ses let- tres... Voici celle que je reçus vers le milieu de février :

" Grande émotion, en passant rue de Paris, avant-hier, de voir, à la devanture de N., bien indiscrètement étalé, le livre d'Abel que tu m'avais annoncé, mais à la réalité duquel je ne parvenais pas à croire. Je n'ai pu y tenir ; je suis entrée; mais le titre m'en paraissait si ridicule que j'hésitais à le dire au commis; j'ai même vu l'instant où j'allais ressortir delà boutique avec n'importe quel autre ou- vrage. Heureusement, une petite pile de Privautés attendait le client près du comptoir — où j'ai jeté cent sous après m' être emparée d'un exemplaire, sans avoir eu besoin de parler. Je sais gré à Abel de ne pas m' avoir envoyé son livre; je n'ai pu le feuilleter sans honte ; honte non tant à cause

�� �