Page:NRF 3.djvu/610

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


600 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAI!

mon chocolat tous les matins... Si seulement pouvais tourner à droite !... Je me cacherais derrièi un buisson ; il passerait sans me voir... Mais vent se met de la partie, contre moi... Je pourn courir, à présent... Mais le vent me cloue si place... Je vais être pris !

Sa chemise est trempée de sueur. Il découvi les restes du festin des cannibales : des os, d< crânes... Une voix formidable crie :

— Que les morts se lèvent !

Mais, seuls, les os et les crânes remuent D'invisibles mains les disposent, et voici que, comme sur les cartouches funéraires que l'on accroche, pour les enterrements, aux cierges, deux tibias, au-dessous de chaque crâne, s'entrecroisent. Il erre à tâtons dans les nefs de l'église toute noire. Elle est pleine de morts, de cannibales. Et le vent donne de la tête, comme un bélier, contre la grand'porte qu'il fait voler en éclats, arrive sur lui, le renverse, l'emporte dans un tourbillon de chaises, de bancs, de chandeliers, le fait tournoyer en l'air à des hauteurs prodigieuses, et, brusque- ment, le lâche, le laisse tomber, le jette sur son lit dont le sommier qui plie le renverrait comme une balle, si, à cet instant précis, trempé de sueur et claquant des dents, il ne s'éveillait.

De quoi, conscient de sa faiblesse et de ses ridicules, Pas-comme-les-autres n'a-t-il pas peur ! Il a peur de l'ombre qu'accumulent, que tassent

�� �� �