Page:NRF 3.djvu/658

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


648 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

geste théâtral, il lui montra Paris, c'est-à-dire cette légère brume grisâtre que Ton apercevait à l'horizon.

— C'est grâce à mes pareils que cette ville mérite de s'appeler la Ville Lumière. — Vous comprenez ? "

Elle ne répondit rien.

— Vous comprenez ? "

Voyant qu'elle était décidée à se taire, il se tourna vers elle, et lui dit l'auguste vérité :

— J'ai du génie ".

Elle ne dit rien. Elle s'attendait à une scène d'un autre genre. Elle éprouvait même un soulagement, à voir que les choses prenaient cette tournure. Quant à lui, il la regardait avec un sang-froid qu'il n'avait jamais encore possédé en sa présence. Il pouvait même la regarder dans les yeux sans être ébloui. Il lui semblait qu'il portait en lui-même une beauté auprès de laquelle la beauté de la jeune fille disparaissait.

— Quand je vous ai dit que c'était pour vous plaire,, ou pour plaire à une femme, — que je travaillais, j'ai menti. J'ai menti et je m'en vante ! C'est pour moi que je travaille. Je suis possédé par une ambition si grande que seule l'assurance d'une gloire immortelle pourra la satis- faire. Je m'étonne, vraiment, que vous n'ayez pas compris plus tôt que vous aviez affaire à un homme de génie. " Il ricana ; mais aussitôt il continua sans violence :

— On peut s'y tromper, en effet. Surtout avec moi, qui n'ai rien que mon génie, et qui suis absolument dépourvu de dehors, comme ils disent ; absolument dépourvu de brillant, et sans conversation, et sans talent de société, et presque sans intelligence après tout ! Oui, je suis tout seul avec le fardeau de mon génie, qui est comparable à

�� �