Page:NRF 3.djvu/670

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


660 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

" Moi, je n'aurais pas dit non ". Il gardait le souvenir de ce regard comme si c'eût été le souvenir d'une vraie caresse, qui le faisait rougir, qui fouaillait tout son sang.

Presque tous les jeudis, la mère et les sœurs de Requena (un gamin de huitième) venaient passer l'après-midi à Saint-Augustin. C'étaient trois petites Cubaines aux yeux hardis : Pilar, Encarnacion et Consuelo, seize, quinze et quatorze ans. Joanny avait souvent entendu parler d'elles, et il les avait vues quelquefois. On disait qu'elles se lais- saient embrasser dans tous les coins du parc. Elles aimaient les baisers pour les baisers mêmes, et non à cause de ceux qui les leur donnaient. Aussi n'étaient-elles point jalouses, et l'on pouvait comparer, et juger si les lèvres de seize ans sont plus douces que celles de quatorze ou de quinze ans.

Quinze ans. Joanny s'apercevait qu'il y avait quelque chose de sensuel dans les seuls noms de ces âges : quinze ans, seize ans, dix-sept ans, etc.. Prononcer à haute voix ces mots, et penser à des filles... L'année prochaine, dès la rentrée, il trouverait un moyen pour passer l'après-midi des Jeudis dans le parc... Oh ! dompter une fille de cette race fière. On les dit tellement caressantes en dépit de tous leurs airs hautains... Et même si les petites Requena venaient jeudi prochain...

Ou bien, pendant les vancances ; il trouverait sans doute une occasion. Un jour qu'il s'était fort éloigné de la maison de campagne de ses parents, (c'était pendant les dernières grandes vacances), une jeune bergère, debout au milieu d'un champ, l'avait interpellé pour lui demander des nouvelles d'une servante qui était chez ses parents. Et il n'avait pas compris, le lourdaud, que ce n'était là

�� �