Page:NRF 3.djvu/743

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


LE POÈME IMPOSSIBLE 733

son seigneur que par le geste brusque d'un esclave qui lui fit plier les genoux pour la prosternation. Et même la colère du Sultan déçu ne put arriver jusqu'à lui. Mais, sachant que celui pour qui il s'était arraché la vue ne déchiffrerait pas les car actères qu'il traçait sur son par-chemin et que lui- même ne lirait jamais, sachant que celui pour qui il s'était arraché l'ouïe ne saisirait pas les paroles qu'il lançait vers lui sans les entendre, sachant que son poème fait pour le ciel resterait enfermé dans sa pensée, très-beau mais inutile à toute la terre, Sohrab, tandis que son front balayait la poussière, laissa tomber de ses yeux morts des larmes si lourdes qu'elles creusèrent à son seuil deux trous qu'on y voit encore ; et ces deux signes dans la pierre sont le seul distique que l'on ait pu lire du poète Sohrab.

Raymond Schwab.

�� �