Page:NRF 3.djvu/798

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


788 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

causes premières, que la critique doit considérer, sous peine d'errer sans logique parmi des effets dont les liens lui échap- pent.

u Dix années ont passé depuis celle-là qui nous a divisés, dit Daniel Halévy, dix courtes années, longues en nos vies. Nous avons connu jeunes le combat et la victoire... C'est un sujet que nous négligeons aujourd'hui et peut-être nous l'évitons. D'où vient cela ? D'où vient qu'ayant été si heureux de notre dreyfusisme et, mieux qu'heureux, si fiers, d'où vient qu'il nous inspire aujourd'hui un mouvement si faible ? Vainqueurs, que nos voix sont discrètes !...."

Un historique de l'affaire Dreyfus, émouvant et contenu, ramené à ses éléments essentiels, ouvre l'Apologie pour notre passé. C'est surtout un examen de conscience où scrupuleuse- ment sont examinées toutes les responsabilités et toutes les faiblesses. Et il n'est pas sans beauté de voir un homme mesurer avec une rigueur qui essaie d'être si détachée, une route franchie jadis dans un élan si passionné. — Puis Daniel Halévy étudie les multiples raisons qui éloignèrent peu à peu du dreyfusisme satisfait tant de dreyfusards des heures difficiles. Dans la d îsaf- fection de bien des combattants à l'égard du parti pour h mel ils s'étaient dépensés sans réserve et qui maintenant était en mesure de rétribuer les sacrifices, les raisons les plus com- plexes intervinrent ; il en est que Daniel Halévy ne cite pas. Mais ce qui importe, c'est la ferme affirmation de ce livre : ce détachement fut une évolution qui. si elle changea de direc- tion matérielle, ne changea point de mobiles directeurs. Il n'y eut ni palinodie ni rétractation. Parmi ces dreyfusards qui se trouvent aujourd'hui soutenir certaines causes d'accord avec leurs ennemis d'hier, il y en a bien peu qui regrettent leur conduite passée et qui estiment qu'ils auraient pu prendre parti autrement qu'ils n'ont fait alors. La dignité de leur attitude actuelle exige qu'ils ne transigent point sur cette affirmation et si tant de netteté affecte désagréablement telles de leurs amitiés nouvelles, c'est que celles-ci recherchaient le renégat de préférence à l'allié maître de sa conduite et de sa fierté. Il faut remercier Daniel Halévy d'avoir rendu le malentendu

�� �