Page:NRF 7.djvu/1000

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


994 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

oubliée. Elle le giflait en pleine rue, comme un gamin, lui qui venait d'avoir dix-sept ans et qui attendait d'un jour à l'autre l'apparition de sa moustache. Mais, d'avoir vu Juliette avec le Paul, cela lui enlevait la force de se révolter. Il ne regarda même pas si Juliette l'avait aperçu. Il s'en alla, marchant devant sa mère. Et, si des larmes coulaient de ses yeux, ce n'étaient point des larmes de honte.

VII

Dès l'aube la mère Catherine était debout, ne pouvant rester au lit. Elle allait et venait dans la maison, remuant des chaises et faisant du bruit avec son bâton, sans souci de réveiller ceux qui pouvaient dormir encore. L'âne dans son écurie toute proche ne se gênait pas pour braire et les coqs chantaient de bonne heure. Ce matin de Quatorze Juillet ce fut pis encore, puisqu'en plus de la mère Catherine et de son bâton, de l'âne, des coqs, il y eut les trois cloches et les " salves d'artillerie ". Il se réveilla en se frottant les yeux, et se souvint qu'hier il n'avait pas pu suivre jusqu'au bout la retraite aux flam- beaux. Il était rentré marchant devant sa mère qui regret- tait de n'avoir pas apporté une houssine pour le remettre dans le droit chemin au cas où, de nouveau, il aurait voulu s'échapper. Il avait dû se coucher tout de suite sans manger — Ça t'apprendra ! Et ce n'est que le commen- cement de la punition ! — tout en écoutant la rumeur de la ville en fête. Il songeait avec amertume à sa pauvre adolescence qu'il croyait perdue. Jamais sa mère ne lui eût permis de fumer un cigare ni de s'en aller avec Juliette le soir.

�� �