Page:NRF 7.djvu/1045

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


LA LITTERATURE I039

Tombe il a tracé les lignes de tout ce qui pouvait et devait être dit. Comme Chateaubriand lui même, il est venu le premier dans un champ fait pour lui ; et la critique a pris, pour la mener vers un tournant logique, pour la décanter avec l'admi- ration et l'ironie qui convenaient, une gloire que tout inclinait vers elle.

Je ne pense pas diminuer par là l'intérêt du CiaUauèriaru/ de M. Lemaître. Il n'y a même pas à discuter l'ignorance des journalistes qui sont allés, répétant que c'était là un " éreinte- ment " et qui ont cru trouver à cet " éreintement " des raisons politiques. Sur Chateaubriand M. Lemaître a dit avec la plus lucide bienveillance, avec le calme le plus souriant, ce qu'ont toujours, depuis Sainte-Beuve, dit, écrit, pensé, les hommes de goût, et ce qu'avant Sainte-Beuve discernaient fort bien les contemporains intelligents de René. Il n'a apporté aucune vue d'ensemble nouvelle, il n'a organisé autour de son auteur nulle de ces théories éloquentes que savait charpenter Brunetière ; il a exprimé dans la lumière et la limpidité la vérité traditionnelle. Il a même dissimulé bien des traits que Sainte-Beuve utilise, et qui donnent de Chateaubriand une idée peu avantageuse. Pour celui qui voudra entreprendre un dénigrement systématique de détail, il a laissé la matière à peu près intacte. Il a constaté que Chateaubriand ne disait point la vérité par principe, et que sa vanité était prodigieuse : et l'on eût cru à lire certaines critiques du livre, que cela s'entendait pour la première fois et que M. Lemaître déboulonnait la colonne Vendôme du romantisme.

Je n'ai pas assisté aux conférences, et je ne connais que le volume ; mais ce qui pouvait faire la perfection des conférences fait un peu le défaut de ces pages. Un recueil de conférences, ou d'articles, est, malgré tous les artifices de préface (celui- ci d'ailleurs n'en use pas) un genre faux. On ne parle pas comme on écrit, on n'écrit pas comme on parle. M. Lemaître qui est probablement le plus juste écrivain d'aujourd'hui, et

�� �