Page:NRF 7.djvu/1054

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


1048 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

Chateaubriand, un Flaubert, peint avec les ressources de son oreille plutôt qu'avec ses ressources visuelles. Il peint avec les moyens propres de son art, qui sont des harmonies verbales, des rencontres de sons et des combinaisons de coupe. Je com- parais tout à l'heure les corneilles de l'Acropole aux coquillages de la mer Rouge, et j'avais soin de mettre cette comparaison sur le dos de Boileau qui est solide. Mais la différence reste capitale, pour cette unique raison, que le vers de Saint Amand est mat et terne et qu'il raconte un fait, sans intérêt à ce moment, tandis que la phrase de Chateaubriand ne nous permet même pas de discuter si ses corneilles sont ici à leur place. Elles existent, indubitables, les voilà créées devant nous par une combinaison rythmique simple 8-6-8 qui a une raison d'être (il me faudrait plusieurs lignes pour le montrer) et une unité musicale, par une texture délicate d'assonances et d'allitérations. Dans cette phrase : " Les sculptures de Phidias, frappées horizontalement d'un rayon d'or, s'animaient et sem- blaient se mouvoir sur le marbre par la mobilité des ombres du relief. " c'est sur le marbre même de la phrase que le mouve- ment est figuré d'abord par le 3-3-3-3 du premier alexandrin, puis par l'allitération des m. D'un point de vue strictement descriptif ce mouvement si rapide paraîtrait un contre-sens, puisque, sur les métopes, il était insensible : mais alors autant vaudrait reprocher à un peintre d'enfermer dans une toile d'un mètre un paysage de trois lieues.

Le cadre chronologique auquel M. Lemaître s'était obligé l'empêchait de consacrer une courte étude au style de Chateau- briand, mais vraiment n'aurait-il pu trouver, dans ses dix conférences, le moment de donner à ses deux auditoires, en ces matières une leçon de goût ? C'est cela d'abord qui devrait nous intéresser chez un écrivain, et singulièrement chez un Chateaubriand. Si l'on faisait dix leçons sur Rubens, il serait étrange que sa manière de peindre y tint moins de place que ses ambassades et ses deux femmes. Y a-t-il une autre mesure

�� �