Page:NRF 7.djvu/1069

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


LES POÈMES 1063

valeur directe de cette poésie symbolique et j'aime que M. Paul Souday, dans un article du Temps consacré à La Lumière de Grèce apparente Vielé-Griffin, non pas à Mallarmé, malgré certain hermétisme d'aspect, mais à Verlaine et précise ainsi la vertu primordiale de son inspiration. Nul autant que Vielé-Griffin, dans sa génération n'aura exigé des mots et du rhythme le ton tremblant, le timbre juste d'une confidence spontanée. Tandis que la muse de Régnier se resserrait, se refermait sur soi, cachant son cœur, portant haut sa parure, la sienne, pudique mais abandonnée, savait parler et chanter sans contrainte. Si elle traînait encore quelques hardes du symbolisme, c'était aussi sans affectation. Elle ne put nous paraître moins "moder- niste " que la muse de Verhaeren, que par sa qualité moins rude, que par son vêtement, que par l'effort de transposition qu'elle exigeait de soi-même. Elle n'exprimait que des senti- ments, que des idées, que des soucis du jour, mais sous un aspect éternel. Les Chansons à Vombre et la Partenzû ne sont pas plus près de nous, ni plus sincères que les poèmes grecs ou médiévaux à^En Arcadie et de V Amour Sacré. Sait-on que pour le Satyreauy pour Agias le Bûcheron, pour le Chevrier, pour Euphorbey des contemporains ont tenu la pose ? qu'une urgence toute pathétique a suscité les saints et les saintes de V Amour Sacré ? L'émotion veut susciter ici de belles formes. Du sym- bolisme elle ne recueille que la grande diversité des moyens et que le goût du merveilleux ; il ne faut pas les laisser perdre.

Pourquoi donc se demander si la Lumière de Grèce évoque une Hellade conforme à la tradition et à la science ? Cette Hellade est-elle une contrée vivante, où bruissent encore l'herbe et la mer, où sonnent encore le jeune chant du poète Pindare et la lance frappée de Bellérophon, où le mythe de Sapho naît du désir, de la pudeur et de la fierté humaine — la nôtre — , où le vieux Lassos d'Hermione médite dans la nuit sur l'éternelle destinée des hommes, sur notre destinée ? Voilà la seule question qu'il nous soit permis de poser. Et si l'Hellade de IloXai pos-

10

�� �