Page:NRF 7.djvu/178

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


172 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

11 ne pouvait pas arriver, pour toi, Daniel, un événement pire.

A peine Guillaume eut-il fermé les yeux, à peine l'eut-on porté en terre à côté de Marie sa regrettée épouse, qu'aussitôt la reine Anne saisit le sceptre et coiffa le diadème. Avec elle, les jacobites, anglicans, gens du haut clergé et des hauts lords, escaladèrent les degrés de velours du trône. Le nom de Guillaume, banni de toutes parts, fut exécré ; et cela était si vrai que les plus grands parmi les lords et pairs se réunissaient chez eux pour festoyer et s'enivrer ; et là, au milieu de la débauche, ils buvaient à la santé de Sorel, le cheval qui avait tué le roi.

Toi, Daniel, tu connus ces choses et ne tardas pas à sentir se resserrer, autour de toi, les liens nombreux de la vengeance. Tu pensas qu'il serait bien de mettre, dès lors, entre tes ennemis et toi, un espace convenable. Mais, tu avais compté sans la ruse et la haine ; et tu dus voir bientôt qu'ils étaient plus subtils que toi, ceux qui ne pardon- naient pas à ton pamphlet: The shortest way with the Dissenters^ d'avoir dénoncé, avec les accents in- dignés de l'ironie, l'hypocrisie et l'intolérance. En effet, qu'imaginèrent ces hommes vils qui, con- naissant ton cœur élevé et noble, savaient que tu te perdrais toi-même plutôt que de laisser d'autres victimes tomber à ta place . Ils mirent ta liberté à prix et promirent, à ceux qui dénonceraient ta

�� �