Page:NRF 7.djvu/185

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


DANIEL DE FOE I 79

tandis que la hideuse machine tournait en t'étour- dissant, tu les voyais à nouveau reparaître, angli- cans, tories, et Stephen et Dyer menant la canaille !

Mais, de Foë, toi qui avais passé là jadis, dans Cheapside et Holborn, au bruit des fifres, au vol des étendards, sur les pas du roi Guillaume, toi qui avais franchi cette entrée le jour que tu portas au speaker des Communes, au nom de la légion des pauvres et des réprouvés, la vaste pétition du peu- ple, tu avais compté sans l'aide de tes amis. Et, ce peuple, ces réprouvés, ces pauvres, ces mendiants, ces gueux, ceux du Temple, de Billingsgate, de Cripplegate et de Whitechapel, les voilà qui parurent en horde. Ils chantaient, t'acclamaient, jetaient ton nom à tous les échos, de Fofi ! Si l'on t'insultait, ils levaient la canne ; si l'on te bafouait, ils baissaient les poings. Aux tories et aux anglicans qui te jetaient l'injure, à Dyer, à Stephen, ils donnèrent la chasse. Et voilà, voilà — ô mira- cle ! — qu'en place de boue et de pierres, Daniel, tu reçus des roses ! Dans les jardins de l'évêque d'Ely, à Ely Place, dans les parterres du Temple, la LÉGION, la foule s'était ruée. Elle avait coupé, raflé toutes les tiges ! Maintenant, sur ton pilori, tu étais enivré de parfum, enveloppé de verdure et de fleurs !

Les exempts vinrent. Ils durent délivrer tes mains et ta tête du carcan hideux. Non sans peine ils parvinrent à te faire remonter sur la charrette

�� �