Page:NRF 7.djvu/255

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


l'annonce faite a marie 249

MARA. — Prenez l'esprit d'ici alors, Brainard de Braine !

Il croit que tout est à lui comme un paysan, on vous fera voir le contraire !

Comme un paysan qui est à lui tout seul ce qu'il y a de plus haut au milieu de son petit champ tout plat !

Mais Monsanvierge est à Dieu et le maître de Monsanvierge est l'homme de Dieu, qui n'a rien

A lui, ayant tout reçu pour un autre.

C'est la leçon qu'on nous fait ici de père en enfant. Il n'y a pas de place plus altièrc que la nôtre.

Prenez l'esprit de vos maîtres, vilain !

(Fausse sortie)

Ah!

Violaine que j'ai rencontrée

M'a chargée d'un message pour vous.

JACQUES HURY. — Que ne le disiez-vous plus tôt .

MARA. — Elle vous attend près de la fontaine. SCÈNE III

La fontaine de P A doue. Cest un grand trou carré dans une paroi verticale de blocs calcaires. Un mince filet d^eau s'en échappe avec un bruit mélancolique. On voit suspendues à la muraille des croix de paille et des bouquets de fleurs desséchées, ex-voto.

Elle est entourée d arbres épais et de rosiers formant berceau dont Us fleurs abondantes éclatent sur la verdure.

�� �