Page:NRF 7.djvu/275

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


l'annonce faite a marie 269

LA MÈRE. — J'espère que tout est pour le mieux.

SCÈNE V

(Entrent JACQUES HURT, puis VIOLAINE tout en noir, habillée comme pour un voyage.)

^

LA MERE. — Qu'est-ce qu'il y a, Jacques ? Qu'est-ce qu'il y a, Violaine .

Pourquoi est-ce que tu as mis ce costume comme si tu allais partir .

VIOLAINE. — Je vais partir aussi.

LA MÈRE. — Partir .? partir toi aussi ? Jacques ! que s'est-il passé entre vous }

JACQUES HURY. — II ne s'est rien passé. Mais vous savez que je suis allé voir ma mère à Braine et j'en reviens à l'heure même.

LA MÈRE. — Eh bien .?

JACQUES HURY. — Vous savez qu'eUe est vieille et infirme.

Elle dit qu'elle veut voir et bénir Sa bru avant de mourir.

LA MERE. — Ne peut-elle attendre le mariage .?

JACQUES HURY. — Elle est malade, elle ne peut attendre.

9

�� �