Page:NRF 7.djvu/276

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


270 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

Et ce temps de la moisson aussi où il y a tant à faire

N'est pas celui de se marier.

Nous avons causé de cela tout à l'heure, Violaine et moi, tout à l'heure bien gentiment,

Et nous avons décidé qu'il était préférable d'at- tendre

L'automne.

Jusque là elle sera à Braine chez ma mère.

LA MÈRE. — C'est toi qui le veux ainsi, Violaine ?

VIOLAINE. — Oui, mère.

LA MERE. — Mais quoi ! est-ce que tu veux partir aujourd'hui même ?

VIOLAINE. — Ce soir même.

JACQUES HURY. — C'est moi qui l'accom- pagnerai.

Le temps presse et l'ouvrage aussi en ce mois de foin et de moisson. Je ne suis déjà resté que trop longtemps absent.

LA MÈRE. — Reste, Violaine ! Ne t'en va pas de chez nous, toi aussi !

VIOLAINE. — Ce n'est que pour un peu de temps, mère !

LA MERE. — Un peu de temps, tu le pro- mets .?

�� �