Page:NRF 7.djvu/281

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


l'annonce faite a marie 275

Et voici le bon Dieu avec toi qui est ta récom- pense.

C'est tout. Tu ne reverras plus ma vieille figure. Que Dieu soit avec toi 1

Et tu ne veux pas m'embrasser, mais je puis au moins te bénir, douce, douce Violaine !

VIOLAINE. — Oui, mère ! oui, mère !

(Elle s'agenouille, et LA MERE fait le signe de la croix au dessus d'elle)

JACQUES HURY, r^i;^ «a«/.— Venez,Violaine, il est temps.

MARA. — Va et prie pour nous.

VIOLAINE, criant. — Je te donne mes robes,

Mara, et toutes mes affaires !

N'aie pas peur, tu sais que je n'y ai pas touché. Je ne suis pas entrée dans cette chambre. — Ah, ah ! ma pauvre robe de mariée qui était si jolie !

(Elle écarte les bras comme pour cher- cher un appui. Tous demeurent éloi- gnés d'elle. Elle sort en chancelant suivie de JACQUES.)

{A suivre) Paul Claudel.

�� �