Page:NRF 7.djvu/332

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


326 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

les murs de la chambre en une bibliothèque dont il se sert comme un musicien joue d'un clavier de piano, l'homme de cabinet pensa et parla ainsi : Quelques-uns de nos compatriotes sont en ce moment les héros malgré eux d'une aventure qui a un goût délicieux de rétrospectif fort inattendu en notre siècle. Ils peuvent la vivre sans grand danger de subir les odieuses rigueurs que leur eussent réservées autrefois la prise par les corsaires de Barbarie, la captivité en Alger, la rançon réclamée au pays natal. Ils ont eu la rare sensation d'être arrêtés en pleine mer, alors qu'ils naviguaient confiants, sur un navire confortable et rapide, à peine effacée l'image de Notre Dame de la Garde, s'estimant déjà débarqués sans naufrage à Tunis la blanche. Et ils furent conduits à l'escale imprévue. Combien d'entre eux auraient pu s'écrier la veille, à la façon de Madame de Noailles chantant mélan- coliquement :

'Je ne verrai jamais la ville de Damas !

"nous ne verrons jamais la ville de Cagliari." Il est bien inutile de défier l'avenir. Madame de Noailles, je le lui souhaite, entrera peut-être un jour à Damas, les passagers du Carthage furent à Cagliari, et nous, vous et moi, passerons peut-être à l'im- proviste le seuil de la terre que nos rêves nous ont promise. Ah ! pourquoi ne nous sommes-nous pas tous embarqués sur ce bateau ?

�� �