Page:NRF 7.djvu/363

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


L ANNON'CE FAITE A MARIE 357

(£« effet. — La nuit est complète- ment venue. — Entre MARA en noir, portant une espèce de paquet sous son manteau)

MARA. — C'est ici les gens de Chevoche ?

LE MAIRE. — C'est nous.

MARA. — Loué soit Jésus-Christ.

LE MAIRE. — Ainsi soit-il !

MARA. — C'est chez vous qu'est la logette du Géyn }

LE MAIRE. — Où habite la Lépreuse ?

MARA. — Oui.

LE MAIRE. — Ce n'est pas chez nous tout à fait, mais jouxtant.

UN AUTRE. — Vous voulez voir la Lépreuse ?

MARA. — Oui.

L'HOMME. — On ne peut pas la voir ; elle a toujours un voile sur le voult comme c'est ordonné.

UN AUTRE. — Et bien ordonné ! c'est pas moi qui ai envie de la regarder.

MARA. — Voilà longtemps que vous l'avez ?

L'HOMME. — Huit ans t'a l'heure, et on voudrait bin ne pas l'avoir.

�� �