Page:NRF 7.djvu/364

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


35^ LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

MARA. — Est-ce qu'elle a fait du mal à personne ?

L'HOMME. — Non, mais tout de même c'est enguingnant à avoir près de chez soi, c'te varmine de gens.

LE MAIRE. — Et puis c'est la commune qui la nourrit.

L'HOMME. — Tiens ! même qu'on a oublié de lui porter à manger depuis trois jours avec ct'aiFaire ed la route !

UNE FEMME. — Et quoi que vous y voulez à cte femme ?

(Elle ne répond pas et reste debout^ regardant le feu) UNE FEMME. — C'est comme qui dirait un enfant que vous t'nez dans les bras ?

UNE AUTRE. — I fait bin froid pour pro- mener les tiots enfants à ct'heure.

MARA. — Il n'a pas froid.

{Silence. On entend dans la nuit sous

les arbres le bruit d'une cliquette de

bois)

UNE VIEILLE FEMME. — Tenez ! la vlà

justement ! vlà sa clique ! Sainte Vierge ! que

dommage qu'a soit pas morte !

UNE FEMME. — A vient demander son manger. Pas de danger qu'aile oublie !

�� �