Page:NRF 7.djvu/365

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


l'annonce faite a marie 359

UN HOMME. — Que malheur d' nourrir cte varmine.

UN AUTRE. — J'tez-lui quéqu' chose. Faut pas qu'aile approche de nous. A n'aurait qu'à nous donner la poison.

UN AUTRE. — Pas de viande, Perrot ! C'est maigre, c'est la veille de Noël !

{Ils rient)

Jette lui ce michon de pain qu'est gelé. C'est bin assez pour elle.

L'HOMME, criant. — Hé, Sans-figure ! Hé, Jeanne, que je dis ! hé là, la d'vourée !

(0« voit la forme noire de la Lé- preuse sur la neige. MARA la regarde) Attrape!

(// lui jette à toute volée un morceau de pain. Elle se baisse et le ramasse, puis s'éloigne. MARA se met en marche pour la suivre)

UN HOMME. — Où qu'elle va ?

UN AUTRE. — Eh bin la femme ! holà ! où que vous allez, quoi que vous faites ?

{Elles s'éloignent)

SCÈNE II

Elles Renfoncent au travers de la foret^ laissant leurs vestiges dam le neige. Il se fait une iclaircie. La lune brillant

�� �