Page:NRF 7.djvu/368

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


362 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

VIOLAINE. — Et vous êtes heureux en- semble, M ara ?

MARA. — Oui. Nous sommes heureux. Il m'aime

Comme je l'aime.

VIOLAINE. — Loué soit Dieu.

MARA. — Violaine !

Tu ne vois pas ce que je tiens entre mes bras ?

VIOLAINE. — Je ne vois pas.

MARA. — Lève donc ce voile.

VIOLAINE. — J'en ai sous celui-là un autre.

MARA. — Tu ne vois plus .?

VIOLAINE. — Je n'ai plus d'yeux. L'âme seule tient dans le corps péri.

MARA. — Aveugle !

Comment donc marches-tu si droit ?

VIOLAINE. — J'entends.

MARA. — Qu'entends-tu ?

VIOLAINE. — Les choses exister avec moi.

MARA, profondément. — Et moi, Violaine, m'entends-tu }

VIOLAINE. — Dieu m'a donné l'intelligence Qui est avec nous tous en même temps.

MARA. — M'entends-tu, Violaine }

VIOLAINE. — Ah, pauvre Mara !

�� �