Page:NRF 7.djvu/472

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


466 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

Q^ au jour oh Vous fûtes frappé^ M'en allant d'église en église — V esprit loin des choses divines — En moi-même il faudrait porter !

Mais, ô mon Jésus pitoyable Qui demain mourrez sur la croix En vérité a-t-on le choix De ce que l'on porte dans l'âme ?

Voilà de quoi faire pardonner à M. de Saint-Cyr, d'avoir inventé un système de plus, 1' " intensisme ".

La préface par laquelle M. Van Bever nous présente la Pluie au Printemps ' de M. Albert Jean n'a pas le carac- tère d'un manifeste. M. Albert Jean qui, je crois, n'avait encore rien publié, se recommande suffisamment à notre atten- tion par ses poèmes, les moins apprêtés et les plus spontanés qui soient. Cette absence d'apprêt qui caractérisait la Chambre Blanche, peut devenir, M. Bataille lui-même l'a prouvé, affecta- tion à rebours. Mais de son charmant maître, M. Albert Jean semble n'avoir écouté que la plus naïve leçon et sa simplicité n'est presque jamais torturée.

Ce soir est tiède et bon comme une main de femme Et la rue apaisée s'emplit de jeux d'enfants : Je vais poser à ma fenêtre, doucement Comme un vase de fleurs, mon âme.

Souvenirs d'enfance, tout ce qui les soulève, les mille liens par lesquels chaque jour rattache notre âme au passé, l'atténua- tion des forces présentes de la vie par tout ce qu'elles suggèrent de déjà vécu ; ce que Lamartine nommait " rêverie ", mais meublé de petits détails quotidiens, humbles et précis. La mort récente d'une mère pèse sur ce livre de piété filiale et fait que

» Chee G. Créa.

�� �