Page:NRF 7.djvu/533

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


PASIPHAÉ 527

PASIPHAE après un silence

Il est une chose^ Dédale^ dont je m^ étonne :

cest que Afinos vous plaise^

lui qui comprend si peu votre œuvre

quil y verrait^ je crois, très volontiers,

la fantaisie de rachitecte ingénieux

qui se délasse

— à la manière des femmes qui brodent et rêvent — du beau calcul utilitaire.

DÉDALE sans quitter son travail

Voule%-vous bien vous taire !

Si je vous répondais, Pasiphaé,

vous regretteriez, peut-être,

qu'on ne vous aime comme un simple amant

— comme Hercule, Aglaè — silencieusement ;

vous seriez vite lasse à trop connaître tant de philosophie !

PASIPHAÉ Peut-être ;

mais parlez-moi comme pour vous-même ; parfois j^aime écouter des choses plus hautes que celles qu'on se gazouille d'homme à femme ; si je vous entends mal, le son de votre voix bercera quelque rêve ; pour m' ennuyer, je vous en défie bien : dh qu'on devient ennuyeux, je n'entends plus rien.

�� �