Page:NRF 7.djvu/579

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


l'annonce faite a marie 573

Je travaille au dedans et de partout vois tout qui monte à la fois !

Et qu'est-ce qu'un corps à sculpter au prix d'une âme à enclore

Et de ce vide sacré que laisse le cœur révèrent qui se retire de devant son Dieu ?

Rien n'est trop profond pour moi : mes puits percent jusqu'aux eaux de la Veine-mère.

Rien n'est trop èlevè pour la flèche qui monte au ciel et dérobe à Dieu la foudre !

Pierre de Craon mourra, mais les Dix Vierges ses filles

Demeureront comme le vaisseau de la Veuve

Où se renouvelle sans cesse la farine, et la mesure sacrée de l'huile et du vin.

ANNE VERCORS. — Oui, Pierre. Qui se confie à la pierre ne sera pas déçu.

PIERRE DE CRAON. — O que la pierre est belle et qu'elle est douce aux mains de l'architecte! et que le poids de son œuvre tout ensemble est une chose juste et belle 1

Qu'elle est fidèle, et comme elle garde l'idée, et quelles ombres elle fait !

Et qu'une vigne fait bien sur le moindre mur, et le rosier dessus quand il est en fleurs.

Qu'il est beau, et que c'est réel ensemble !

Avez-vous vu ma petite église de l'Epine qui est comme un brasier ardent et un buisson de roses épanouies ?

�� �