Page:NRF 7.djvu/58

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


52 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

— Tenez-vous tranquille. Dites-nous comment c'est arrivé.

La parole saccadée, M. Legendre bondit en son récit :

— On a reçu le 4922 sur 5, sans Tarrêter au signal ; il avait 15 minutes de retard. La queue n'a pas dégagé l'aiguille 21. Il restait dessus à peu près deux wagons. On a fait dire au côté Nord par la cabine I qu'il fallait encore tirer. J'avais peur de voir arrêter le 129 au signal carré. Au lieu de ça, le rapide arrive à toute vitesse. Le temps qu'on essaye de courir au devant, il déraillait.

— Vous avez bien vu le signal fermé ?

— Oui. Fermé.

M. Driize le congédiait sans maniérisme :

— Allez-vous-en. Envoyez Prugeois.

Le surveillant mangeait du pain sec sur le banc des pointeurs ; il ne restait de la charcuterie que des bracelets de boyau.

Les manœuvriers citaient l'accident au tribunal de leur expérience. L'équipe Sud en donnait la responsabilité à M. Bernard pour les wagons laissés sur la 5'. Ledur ren- dait l'accusation au Sud :

— Fallait pas les y mettre.

Drahé mordait la branche droite de sa moustache blonde. M. Legendre entré, loucha vers les hommes soudain silencieux.

Il commanda Prugeois :

— A côté ! c'est votre tour.

— Je peux pas leur en dire plus que j'en-sais. Je sais rien.

La peur des paroles tenait ces hommes de main. Ils

�� �