Page:NRF 7.djvu/596

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


59° LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

tiennes, et s'agiter au-dedans de toi-même un silencieux et irrésistible désir de te fondre où il n'y a rien que lumière, azur et joie,

O toi qui renfermais sous la forme la plus tou- chante, des perfections si tendres qu'elles n'ont pu supporter longtemps le terrestre contact, ni les premiers effleurements de la vie.

XIV

Toutes les fées s'étaient penchées sur ton berceau.

Non point celles de l'humaine félicité ni du contentement selon le souhait du monde, mais les divinités redoutables qui donnent le goût de la tristesse, l'inclination à souffrir, l'amour du silence et la tendresse contenue.

Et elles t'avaient aussi visité, celle-là qui nourrit la beauté des apparences, de la plus profonde misère du cœur, et celle, plus terrible encore, qu'on nomme la sombre et douloureuse Musique.

��XV

��Comment ne t'aurait-elle pas comblé de tous ses dons .

Tu la respirais dès avant ta naissance. C'est elle qui faisait monter de ton âme à tes lèvres, — de ton âme vraiment, et du plus profond de ton âme ! — ces airs si tristes et si beaux où toute une

�� �