Page:NRF 7.djvu/68

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


62 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

L'homme à l'idée cernée regardait M. Griaux, son chef, qui intervint :

— Pardon, mon cher camarade, vous permettez ? Car il lui appartenait d'interroger les agents de son

service. M. Drilze, courtoisement, reculait d'un pas.

Pour détruire sa tactique de ruse, l'inspecteur de la Traction sortit une interrogation droite, à voix grossie :

— Le signal était-il fermé, oui ou non ? Maintenant empêché de dire non et précipité par ce

catégorisme à une réponse nette, Derache dut cracher :

— Oui.

M. Griaux donna l'ordre de remonter sur machine.

M. Evrard, chef de dépôt, apportait un certificat médi- cal remis par la femme de Becquaërt, mais le mécanicien faisait dire qu'il allait venir. M. Flavigny, ingénieur du contrôle, proposa de l'entendre en commun. M. Griaux voulut bien annuler son droit de préférence. Cela plut à tout le monde, car ça irait vite.

Il vint à onze heures, la tête couronnée de blanc et le bras droit dans une écharpe noire. Un agent de la sûreté l'escortait à 20 pas. La satisfaction commençait d'occuper l'esprit des administratifs. L'enquête aboutissait.

Il ne restait à y ajouter que les réponses de Becquaërt. On savait ce que tous les mécaniciens, dans ce cas, disaient. M. Papegay calcula que ce serait fini dans vingt minutes. Il pourrait déjeûner tranquille et envoyer lui premier son rapport, déjà dirigé sur les constatations de la veille et laissé en blanc après :

" Le mécanicien Becquaërt, interrogé, a répondu : "

M. Griaux posa la première question cette fois très vague :

�� �