Page:NRF 7.djvu/739

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


JEAN MORÉAS 733

point un lyrique que jusque dans ses drames et ses romans, il ne sait que se raconter lui-même ; et quant à Vigny, s'il entreprend de résister aux suggestions de sa sensibilité, c'est par un profond sentiment de sa dignité d'homme, mais au plus secret de sa résignation stoïcienne, comme on sent vibrer le murmure du blasphème et de l'impréca- tion ! Pour prendre un exemple plus proche, Barrés est une magnifique intelligence, mais c'est une intelligence au service d'une sensibilité ; ce n'est donc point une Raison, et aussi Barrés n'at- teint-il qu'au pathétique, et point au tragique. Qu'est-ce donc enfin que cette Raison, dont nos contemporains ont si bien perdu le sens qu'ils affectent de la confiDndre avec l'intelligence, dont elle n'est pas plus proche en vérité, ou pas moins lointaine que du cœur ou du vouloir ? C'est, dirons-nous, du point de vue qui nous occupe, la faculté, réservée à quelques-uns, de se détacher assez eiFectivement,de s'élever assez haut au-dessus d'eux-mêmes, pour que leur individualité sensible ne leur apparaisse plus que comme un cas^ singu- lier certes, et tout de même pour eux particulière- ment intéressant, mais un cas parmi d'autres en nombre infini, et soumis aux mêmes i lois géné- rales. Or, si c'est bien cela la Raison, combien n'est-il pas plus malaisé d'être raisonnable dans une époque de sensibilité déchaînée, hyperesthésiée comme la nôtre, que dans une époque de sensibilité

�� �