Page:NRF 7.djvu/740

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


734 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

endiguée, refrénée, contenue, comme le X VIP siècle ? Et si, seul jusqu'ici de nos contemporains, parti en somme du sentiment romantique, Moréas d'un magnifique effort s'est haussé à la Raison classique, entrevoit-on la signification spirituelle unique que revêt pour nous son exemple ?

��*

  • *

��Je ne nommerai personne, mais on me com- prendra si je dis que la plupart des auteurs de ce temps écrivent comme un pommier donne des pommes ; chaque année porte sa récolte, mais rien ne différencie réellement une année d'une autre. Ils vieillissent, ils ne mûrissent pas : ils n'ont pas d'histoire. D'autres ont une histoire, mais cette histoire est celle de leur appauvrissement, de leur graduelle renonciation à leurs ambitions initiales ; de sorte qu'au lieu que les œuvres de leur jeunesse soient la préparation et comme l'ébauche des œuvres de leur âge mûr, c'est dans celles-là qu'il faut aller chercher l'explication et presque l'excuse de celles-ci. Moréas eut une histoire, et cette histoire fut un progrès.

Singulière aventure que celle de cet Hellène venu en France pour être poète ! Il tombait en pleine effervescence lyrique : comment le lyrisme en l'eût-il pas tenté ? Il en faillit être dévoyé pour toujours. En effet, des thèmes éternels du lyrisme.

�� �