Page:NRF 7.djvu/751

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


JEAN MORÉAS 745

étude d'ensemble, j'aurais à marquer les incontes- tables beautés et aussi les insuffisances de cette Iphigénie à qui je faisais allusion, la foncière origi- nalité et les limites du genre de critique que Moréas avait créé pour son usage. Mais, au lende- main de la mort de Moréas ces points ont été trai- tés, suffisamment en somme, dans de nombreux articles. Je ne me suis proposé que de mettre en lumière un aspect de son oeuvre et de sa personne auquel nul à ma connaissance ne s'est attaché. Du même coup je répondais à la critique, à la réserve plutôt qu'introduisait Barrés parmi les justes louanges que lui inspirait une fidèle et clair- voyante amitié. Parlant du Credo de Moréas, Barrés, sans en méconnaître la fermeté et l'élévation, le trouvait néanmoins un peu court, un peu mince. D'autres Credo sont assurément plus amples ; ils sont peut-être moins sûrs. Et, au reste, je crois avoir montré que celui-là n'était ni si court, ni si mince.

René Gillouin.

�� �